Introduction

Par
Andrew Tracy
et
Cle-alls (Dr John Medicine Horse Kelly)

Rédacteurs en physique: James Hardy et Gerald Oakham

«Ce que j’ai appris, c’est; vous devez être un conducteur. C’est comme posséder une voiture. Il faut savoir conduire ».

– Jimmy Dyck, un Cree de Nehiyaw / Swampy de Moose Factory, en Ontario.

Les peuples autochtones ont parcouru un long chemin. Aujourd’hui, nous utilisons des voitures, mais cela n’a pas toujours été le cas. Je m’appelle Cle-alls et, avant ma naissance, mes ancêtres ont commencé leur voyage par Haida Gwaii (les îles du peuple), situées dans l’océan Pacifique au large de la Colombie-Britannique. Cle-alls est un nom de chef. Après avoir obtenu mon doctorat, les matriarches de notre clan m’ont appelée à un potlatch. Mon grand-père, le Dr. Peter Kelly, était avant moi, et le premier Dr. Kelly.

Nous, les Haïdas, n’avons jamais cédé nos terres et nous nous considérons comme des insulaires du Pacifique, pas des Nord-Américains autochtones, mais la culture au sens large nous appelle de toute façon les autochtones. Nous sommes toutefois fiers d’être des Nord-Américains autochtones et de partager de nombreuses valeurs avec d’autres communautés ici. Mes oncles disent que nos ancêtres utilisaient d’excellentes pirogues et parcouraient tout le littoral du Pacifique. Ils se rendent régulièrement à Hawaii, où l’on utilise tout le nom de Haida Gwaii, à l’exception des lettres consécutives i, d, a et g. Notre culture et même notre apparence physique ont également beaucoup en commun avec les Maoris de Nouvelle-Zélande. Les anthropologues ne sont pas nécessairement d’accord pour dire que nous pourrions voyager aussi loin, mais ce n’est pas un problème. L’Univers – avec ses possibilités infinies – est assez grand pour nous accueillir tous.

Le fait est que les voitures, les canoës de navigation hauturière et les instruments de musique sont des véhicules spéciaux. Il faut comprendre l’autoroute et respecter ses lois pour conduire une voiture. Il faut voyager en harmonie avec les courants et les vents et suivre leurs lois pour diriger un canot océanique. Et, il faut embrasser nos cultures et suivre sciemment ou intuitivement les lois de la physique pour devenir une seule âme avec un instrument de musique.

Avant qu’il s’agisse d’une célébration, d’un rituel religieux, d’une pratique sociale ou d’un art, la musique autochtone – toute musique – est un ensemble de compétences pratiques que les musiciens acquièrent pour comprendre leurs instruments. Cette connaissance est un élément important du respect de la loi naturelle: un mode de vie qui compte beaucoup pour les cultures et les communautés autochtones. Devenir un avec un instrument, c’est le respecter. L’honneur que les auditeurs paient de l’instrument rayonne à travers la communauté. Ainsi, les compétences recherchées par un musicien sont à la fois une quête personnelle et un moyen de se connecter à la communauté. Nos règles culturelles sont précises, mais la musique transcende les frontières culturelles. Les chants, les danses et les histoires embrassent tout le continent; ce que les Anishinabés de l’est de l’Amérique du Nord appellent l’île de la Tortue.

Dans cet essai, Andrew Tracy et moi, avec l’aide des physiciens Gerald Oakham et Jim Hardy de l’Université Carleton, explorerons la science et la spiritualité qui coexistent dans le monde musical autochtone. Notre thèse est que l’art de la musique et la science du son sont la même chanson chantée avec des mots différents. La vraie musique commence avec le joueur, l’instrument et la communauté. De même, la vraie science commence par l’espace-temps, les mathématiques et la physique.

Le fait est que les peuples autochtones peuvent faire de la musique, mais nous ne sommes pas le créateur. Nous devons connaître et suivre les lois de l’univers. Nous ne créons pas les sons de la nature. Les physiciens ne sont pas plus Dieu que nous. La méthode scientifique confirme, mais ne crée pas, la nature de l’univers.

Ce Haïda dirait que les modes de vie et la physique des Autochtones voient le même océan d’un œil différent.

Le musicien autochtone, la chanson et la communauté ne font qu’un. Chaque aspect de la vie interagit avec les autres et les affecte. Le battement de tambour, la naissance d’un enfant, les habitants de nos villages, les poissons, les oiseaux, les autres animaux, les plantes et les chants de nos aînés; tout cela ne fait qu’un. Cela est vrai, qu’un étranger le comprenne ou non. Comme le dirait l’auteur Margaret Craven, dès qu’un étranger s’installera dans un village autochtone, il deviendra le village. Le village est l’Univers et nous le sommes, que nous le sachions – ou que nous l’aimions – ou non. Vivre en harmonie dans l’univers, c’est embrasser cette vérité – et une autre.

La physique a parcouru les mêmes eaux avec le même savoir: De manière encore mystérieuse, l’Univers interagit constamment dans tous les lieux à la fois avec tout ce qu’il contient. Le quasar et la galaxie les plus lointains se connectent directement à chaque grain de sable de la Terre. Toutes les lois, les ondes, les particules, l’énergie et la matière de l’Univers dépendent les unes des autres, quelle que soit l’apparence qu’il a pour un réaliste naïf. Tout a commencé au même endroit et, de manière concrète, est toujours au même endroit.

En bref, rien ne peut exister seul.

En voyageant d’un endroit à l’autre et apprenant les techniques de leur culture musicale, les musiciens autochtones découvrent leur place dans les communautés, leurs familles et le monde.

«Cela nous a donné une idée de notre origine et de la manière dont les autres personnes étaient en relation avec nous», déclare Jimmy. «Nous ne le mesurerions pas en miles, mais avec le temps. Cette communauté est à deux heures de route dans cette direction, celle-ci dure quatre heures ».

«Mon père a commencé avec moi, puis j’ai commencé à parler à différentes personnes partout au Canada pour obtenir ce dont j’avais besoin pour me perfectionner», explique Gabe, le fils de Jimmy, dont la mère est Ojibwe. «Différents trucs pour m’aider avec ma voix; différentes compétences qu’ils ont, comment ils fabriquent des tambours; quel bois ils utilisent, quelle est la taille de leur coquille; J’essaie d’apprendre le plus possible pour m’améliorer, pour devenir un bon batteur ».

Intuitivement, nous sentons que les courants musicaux mondiaux convergent en un seul. La clé est le mot «intuitif» ou connaissance intérieure. Là encore, les musiciens autochtones et la physique se rencontrent dans le même courant. Toute connaissance commence par l’intuition. Albert Einstein a attribué ses théories mathématiques aux moments intimes; à la perspicacité. À Princeton, un assistant reprendrait l’enseignement lorsque de tels moments se produiraient. La science est donc à certains égards aussi intuitive que la spiritualité autochtone.

Einstein aurait fait un bon Haida. Mes oncles ont dit que les sages voient le monde avec leurs cœurs et leurs yeux. Sydney Keith, un autre aîné qui a profondément influencé ma vie, le grand-père Lakota, m’a dit: «Garde ton cœur bon, peu importe ce que font les autres. À la fin de vos jours, vous aurez fait une bonne chose. Vous aurez vu le Grand Mystère clairement ».

Ces connaissances nécessitent de l’équilibre et de l’expérience. En physique, les connaissances exigent des qualités similaires. Dans les modes de vie autochtones, nos communautés diffèrent, mais nos cultures sont renforcées par la musique et les traditions orales. Les physiciens peuvent aussi différer, mais leurs cultures sont renforcées par les mathématiques et la tradition scientifique. La musique et les mathématiques sont des langages tout aussi expressifs. De plus, les personnes qui connaissent à la fois la physique et les cultures autochtones diraient certainement que les deux sont tout aussi précis.

En Amérique du Nord, nos instruments sont le tambour, la flûte, le hochet, les instruments à cordes et la voix humaine – quatre et un centre. La musique traditionnelle autochtone relie nos gens à travers les communautés et les époques; à travers les continents et les océans. Dans le monde entier, la musique comprend les chansons de mes aînés, mais c’est aussi Rachmaninov et Mozart. La musique est l’unité de l’humanité. Il a le pouvoir de guérir les différences; distiller un lien universel. Sous toutes leurs formes, les interactions complexes de la musique se combinent souvent pour créer une beauté pure. Les mouvements de hantise sont simples, mais ils ne sont pas simplistes. Ils sont élégants.

La science semble complexe, mais pas si. La physique honore la beauté de la simplicité élégante. Sa théorie des champs unifiés, par exemple, suggère que les quatre grandes forces de l’Univers proviennent d’une source unique. Ils sont la force forte qui colle les noyaux des atomes, la force faible responsable de la radioactivité, la force électromagnétique qui comprend la lumière et les ondes radio et la force de gravitation.

Einstein a contribué à l’initiation du langage mathématique de la théorie. Il a également déclaré que l’espace et le temps sont interdépendants. La recherche a continué.

Ces efforts intuitifs et mathématiques visant à unir les forces fondamentales ne sont pas si différents des cultures autochtones. Nous enseignons depuis des générations que l’Univers repose sur quatre grandes forces. Certaines cultures en utilisent cinq (quatre et un centre), mais l’enseignement de base est que toutes les forces, tous les phénomènes et tous les êtres sont interconnectés. Pour honorer cela, certaines communautés, telles que Les Lakota, Dakota et Nakoda, terminent chaque prière avec la phrase suivante: «Toutes choses sont mes relations».

D’une autre manière, la musique cherche également à unir quatre grandes forces. Les communautés ne font plus qu’un dans les musiciens, les instruments, leurs vibrations et notre peuple à travers l’espace et le temps.

En bref, la musique et la physique – à des égards importants – ne font qu’un.

Les mathématiques expliquent notre existence, mais la musique communautaire et personnelle a fait la même chose depuis que l’Univers nous a conçus. La musique est la fête qui marque les quatre étapes de la vie: l’enfance, l’adolescence, l’âge adulte et nos années plus âgées. De la berceuse de notre grand-mère à notre chanson de mort, la musique est notre océan, notre autoroute, nos saisons et notre voyage lui-même.

Bien entendu, quiconque entreprend le voyage apprend aussi les courants et la route. La musique autochtone, traditionnelle et moderne, est unique. Il a toujours souligné le lien tactile entre l’instrument et le musicien. Tout art commence avec ses matériaux. Créer un tambour, l’accorder et en prendre soin, apprend aux batteurs à reconnaître les qualités physiques de base qu’ils doivent comprendre et les compétences qu’ils doivent maîtriser.

Tout comme le partage des connaissances lie les musiciens à leur monde culturel et géographique, une pratique constante les lie au monde physique. Le fabricant de tambour.

et le batteur peuvent être ou ne pas être la même personne, mais ils sont toujours un seul et même esprit. Ils doivent connaître les qualités uniques des matériaux et les sons qu’ils émettent. En bref, ils doivent connaître la physique avec laquelle ils travaillent pour développer leur art. Le son de tambour de powwow moderne que Gabe préfère est beaucoup plus profond que le son plus aigu d’un tambour de powwow traditionnel. Les fabricants de tambours réalisent les deux sons car ils ont manipulé quelques qualités physiques de base. Pourtant, ces petites différences se sont développées au cours de milliers d’années. à travers plusieurs générations d’évolution culturelle.

En effet, la musique et la physique autochtones sont des esprits apparentés. Ce qui habilite les musiciens, c’est l’intuition, la même faculté qui habilite les physiciens. Les meilleurs musiciens insèrent leur art dans la pratique. Ainsi, lorsque nous étudions la science, nous pouvons mieux comprendre ce que l’intuit de l’art aborigène. Toute la musique partage la même physique. En effet, l’idée de deux mondes différents peut être trompeuse. Sur la carte invisible, les relations entre la musique et la physique autochtones et l’univers ne sont qu’à quelques heures d’intervalle.

©2019 This project was made possible with the support of the Department of Canadian Heritage through Canadian Culture Online
Native Drum