Le monde terrestre

Voici un exemple de mythe de la Création mohawk que Rona Rustige a recueilli. Elle a rassemblé ces histoires auprès d’habitants de la réserve de Tyendinaga, en Ontario, qui les avaient apprises de leurs grands-parents et d’autres Aînés.

Le monde terrestre

La Femme du Ciel est passée par le trou dans le ciel et elle est tombée. Sous elle, l’eau s’étendait à l’infini. Le castor, la loutre, le rat musqué et la tortue l’ont vue tomber. Craignant qu’elle ne se noie, ils ont dépêché une volée de canards pour l’attraper. Les canards ont volé sous la Femme du Ciel, l’ont attrapée sur leurs dos et l’ont déposée en toute sécurité sur la carapace de la tortue.

Une fois remise de ses émotions, elle a dit aux animaux ce qu’il fallait faire. Elle a dit qu’elle avait besoin de terre qui pourrait être recueillie au fond de la mer qui recouvrait le monde. Le vigoureux castor a été le premier à descendre vers le fond. Il était parti depuis très longtemps, quand finalement, son corps noyé est remonté la surface. La loutre se considérait comme une bien meilleure nageuse que le castor. Elle fut la deuxième à tenter le coup. Elle est restée encore plus longtemps, mais quand elle a refait surface, elle était morte elle aussi. Finalement, le rat musqué a tenté la plongée. Il est resté sous l’eau plus longtemps que la loutre, mais son corps a fini par remonter pour flotter à la surface. La Femme du Ciel a découvert un minuscule morceau de terre entre les coussinets des pattes du rat musqué. Elle a ensuite saupoudré cette terre sur le bord de la carapace de la tortue.

Pendant que la femme dormait, le monde a émergé du bord de la carapace de la tortue. Il s’étendait à perte de vue. Lorsque la Femme du Ciel s’est réveillée, des saules poussaient le long du monde. Les saules ont été les premiers arbres à pousser sur la terre. (Rustige, 1988: 6-7.)

This project was made possible with the support of the Department of Canadian Heritage through Canadian Culture Online
Native Drum